L'engagement de l'état

?>
Les autoroutes payantes
Saturday, Novembre 19, 2005, 10:06 AM - Société
Et pour être certains que cela demeure (Cf ci-dessous) notre cher gouvernement vient de décider la privatisation de ces TRES chères sociétés. Nous les aurons donc payées 2 fois (1 fois comme contribuable, 1 fois comme utilisateur) avant de pouvoir engraisser quelques sociétés qui ne tarderont pas, si ce n'est déjà fait, à nous permettre de payer les retraites de californiens.
modification du 05/02/2005

Quelque soit l'angle d'étude du sujet, le péage des autoroutes apparaît comme une abberration.

L'engagement de l'état



De tout temps la mission de l'état dans une économie libérale à été de pallier aux inconséquences de ce système libéral. Par exemple, c'est l'état qui s'est chargé d'apprendre à lire et à écrire aux Fran?s, quand les entreprises, ayant malgrés tout besoin d'employés mieux formés, ne pouvait en assurer ni la charge directe, ni l'organisation. Le même principe s'applique à d'autres secteurs comme la défense par exemple.

Que l'état se désengage des travaux d'infrastructures routières n'est pas sans conséquences.

La redistribution des revenus



Une des missions (accessoire pour certains) est d'assurer, au travers de ses missions, une redistributionsociale.

Ainsi, ceux ne disposant que d'un minimum de ressources sont ainsi assurés que leur enfants apprendront au moins à lire et à écrire. En transférant la charge des autoroutes aux utilisateurs et leur gestion à des entreprises privées, on diminue la péréquation des revenus (même si elle est minime). Le prix d'un trajet sur autoroute est le même, quelque soit les revenus du conducteur !

L'augmentation des charges



L'augmentation des charges pour la société (particuliers+ entreprises, les administrations et services ne vivant que de la ponction fiscale) est évidente.

Car si les autoroutes sont payantes, il n'en demeure pas moins que la libre circulation des biens et des personnes (dans le plus pur esprit de la tradition libérale) doit être assuré. Par conséquent, à cté des autoroutes, il est nécessaire de continuer à entretenir, tant bien que mal, un réseau de routes d'accès libre.

Economie



Du point de vue économique (et non pas d'un point de vue strictement financier), c'est la Bérézina.

Les barrières de péages ne sont qu'une résurgence des barrières d'octroi dont la suppression avait été une des premières taches des révolutionnaire de 1789.

En conséquence, au lieu d'être des artères qui irrigue le tissus provincial, permettant, comme en Allemagne o il y a des sorties tous les 7 ou 8 kilomètres, l'autoroute en France n'est pas un vecteur de désenclavement. Au contraire, elle relie directement des ples économiques qui en sont les seuls bénéficiaires au détriment de ce qui se trouve entre eux. Il n'est que de voir la situation en Ile de France, o les industries s'implante en très lointaine banlieue mais ... jamais après la dernière sortie sans péage. En fait les autoroutes fran?ses sont faites pour relier des villes au détriment des campagnes dans la plus pure tradition jacobine.

Les conséquences économiques et pour l'aménagement du territoire sont incalculables.

Amplification de l'exode rurale et désertification des campagnes, arrêt des services administratifs comme des services de transports régionnaux en conséquence
Impact sur les cots immobiliers dans les villes pour les particuliers comme pour les entreprises
Concentration de pollution
etc...
Il est remarquable de constater, que si notre système économique est basé sur l'échange, et ce n'est pas l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) qui affirmera le contraire, nos libéraux à nous, remettent des barrières d'octroi ! Inconséquence de la pensée libérale, qui pour satisfaire son idéologie (chacun doit payer sa consommation), conduit à contrecarrer le système qu'elle défend.

Sécurité



La sécurité des usagers



Avant d'aborder le sujet de la sécurité, il est remarquable de constater que les péages, outre le désagrément financier, sont sources de bouchons parfois catastrophiques. On se souvient de cet hiver malheureux o des automobilistes sont restés bloqués, sur des dizaines de kilomètres, sur l'autoroute, sous la neige, suite à des accidents qui les bloquaient. Le direction de l'autoroute n'avait pas jugé utile d'ouvrir les sorties de secours, ce qui lui aurait fait perdre les péages.

Le document émis par la Sécurité Routière en mai 2004 et intitulé Les grandes données de l'accidentologie (fichier format pdf) est très clair :"Représentant seulement 1 % du kilométrage national, les autoroutes concentrent 21 % du trafic, pour une proportion relativement faible daccidents (6,1 %)." Ce même document établit que le nombre de morts sur autoroute est 10 fois inférieur à celui des nationales et des départementales ( respectivement A=7,2% et RN+D=75 %). Compte tenu de la répartition du traffic qui est 3 fois supérieure sur les nationales et départementales ( A=21% et RN+D=62%), vous avez donc une probabilité supérieure à 3 fois de mourrir en conduisant si vous n'avez pas les moyens de vous payer l'autoroute.

La sécurité des riverains



Il est clair que de nombreux poid-lourds évitent l'autoroute à cause de son péage. La traversée de petits village par de tels monstres, même avec des interdictions sur des routes nationales qui ne fait que reporter le traffic sur des départementales, est une source de nuisances manifeste pour les riverains.

Le bruit, le danger pour les piètons, la pollution, les routes défoncés qui doivent être remises en état par des impts locaux en sont les plus évidentes.

Les faux arguments



"Chacun pour soi" ! Pourquoi faudrait-il payer par NOS impts des autoroutes qui sont utilisés par des étrangers ? Au contraire, profitons en pour se faire financer nos infrastructures par ceux qui traversent notre pays.

Il y a plusieurs réponses :

Ce n'est pas parce que des étrangers pourraient utiliser gratuitement nos infrastructures, qu'il faut se tirer une balle dans le pied !
Les allemands, chez qui les autoroutes sont gratuites et o la démographie en terme de répartition sur le territoire est bien plus harmonieuse (chaque village a sa sortie d'autoroute, par contre, les nationales sont uniquement à deux voies) ont fait leurs calculs. Cela leur cotait plus cher de rendre les autoroutes payantes ! Ils en ont donc profiter pour étudier la mise en place d'un boitier de paiement par radio qui devra être monté sur tous les camions qui traversent leur territoire. En conclusion, les camioneur fran?s devront acheter à des industriels allemands ce boitier qu'ils pourront sans doute exporter dans d'autres pays. En conclusion (provisoire) de quoi, il y a des solutions intelligentes et d'autres qui le sont moins.
Il appara?donc que le péage des autoroutes est nuisible tant du point de vue économique, que de la justice sociale et qu'il est contraire à notre intérêt le plus simple : la sécurité.

L'esprit du monde
Saturday, Novembre 19, 2005, 09:54 AM - Lecture

couverture 1
de Jacques Attali

Alors que la majorité des "penseurs" se réjouisse de la soi disante mort du marxisme, M. Jacques ATTALI publie chez Fayard une biographie de Karl MARX !

Il rappelle que de son vivant, Karl MARX défendait le développement de l'économie libérale

En déduire qu'il en serait de même aujourd'hui semble erroné, naïf ou malhonnête..

M. Jacques ATTALI prend bien soin en introduction de préciser qu'il n'est pas marxiste. C'est vrai.

Notre système économique est tel un coureur permanent, toujours en déséquilibre. Il ne survit qu'en conquérant de nouveaux domainex, de nouveaux territoires, en intégrant de nouveaux hommes. Il a pu le faire géographiquement, il l'a fait et il continue de le faire en détruisant, là où il s'est imposé, c'est à dire partout, les restes des anciennes sociétés, les anciens modes de production qu'il ne conserve que par besoin momentané.

Si le développement des échanges au XIXème siècle a représenté le progrès en détruisant les structures d'une société féodale, il en est tout autrement dans l'Europe d' aujourd'hui, où, après avoir conquis le monde, il détruit la terre et les hommes.