Le crépuscule d'une idole

?>
Le crépuscule d'une idole
Monday, Novembre 1, 2010, 06:31 PM - Lecture

Le crépuscule d'une idole

 

Michel Onfray

Chez Grasset, ISBN 978 2 246 76931 6

CouvertureIl existe plusieurs méthodes pour critiquer une thérie :
- Affirmer que la sienne est meilleure, plus proche de la réalité. Elle est faible.
- Démontrer que les pré-requis sur lesquels elles reposent sont faux. EN enlevant les fondations, on détruit la maison.
- Accepter les pré-requis et démontrer que la logique sous-tendus pas le raisonnement est erronée. Le stade ultime de la critique si facilement applicable aux théries économiques libérales.

Déjà, Richard Bandler, remarquant que les psyXXXXX n'étudiaient que des "cas" pour prétendre à la compétence afin de nous guérir de notre mal être, demandait si on confierait la réparation de notre voiture à un garagiste ayant appris son art uniquement dans des casses automobiles.

Michel Onfray démolit la pseudo-science psychanalytique en utilisant les propres écits de Sigmund Freud et ses correspondants.
On y apprend ainsi son premier souci, la quête perpétuelle de richesse, le bidonnage de ses soi-disant analyse comme de son auto-analyse, La volonté du paraître qui l'emporte sur l'être, son esprit falsificateur au service de sa volonté de faire correpondre la réalité à ses désirs, etc...
La démolition par Michel Onfray est totale. Le bulldozer n'oublie aucun des recoins de la biographie comme des différents aspects de ce qui aurait voulu être une science.
Si comme moi vous faîtes le constat que vous n'avez jamais eu envie de coucher avec votre mère ni avec vos fille et encore moins de tuer votre père, vous pourrez aisément admettre une des conclusions de ce livre : La psychanalyse représenteun élément particulièrement utile à Sigmund Freud pour réussir à vivre malgrés toutes ses tares !

Aujourd'hui encore, elle permet à de nombreuses personnes de ne pas pointer au chômage et de vivre dans une certaine opulence au dépend de ceux qui parlent....