Une vie

?>
Une vie
Thursday, Janvier 24, 2008, 11:05 AM - Lecture

Une vie

 

Madame Veil nous livre sa biographie.

Partisane de la laïcité, elle omet de préciser qu'elle fut un obstacle majeur à la déportation des juifs par l'opacité administrative que rencontrèrent les nazis pour établir des listes. Ce qui explique que le taux de déportation fut de 30% en France et de 70% aux Pays-bas.

On peut aussi, sur ce sujet, être étonné qu'elle passe sous silence le rôle joué par la société IBM via sa filiale en Suisse. Ne sait-elle pas que le numéro gravé sur son bras correspondait à une carte mécanographique ? ( lire "IBM et l'Holocauste", de Edwin Black ).

Les relations familiales, amicales, les choix professionnels ne tiennent qu'à elle. On est heureux qu'elle fut là pour défendre la cause des femmes qui est aussi celle des hommes tant qu'elles sont opprimées.

Mais on retiendra aussi, hélas, sa mauvaise foi qui lui font reprocher à d'autres ses propres comportements.

Il ne semble pas cohérent d'admirer un Nelson Mandela pour sa capacité à rassembler le peuple sud-africain, noirs et blancs confondus et critiquer cette volonté à de Gaulle au lendemain de la guerre.

Il ne semble pas cohérent de critiquer untel pour ne pas avoir défendu son camp puis faire la même chose en ralliant Sarkozy.

Enfin, vouloir expliquer l'atlantisme des pays de l'Europe de l'Est par le fait qu'une délégation française avait dans ses documents une carte d'Europe incluant la Russie et en faire le reproche au seul président Mitterrand, ne semble pas sérieux. La Pologne a toujours considéré l'Europe comme un simple tiroir caisse.

Le livre se termine sur une litanie de bons sentiments sirupeux sur toutes les belles choses qu'il faudrait, il faudrait, .. On aurait aimer connaître ses propositions de solutions.

En conclusion, on regrette qu'une personne qui a joué un tel rôle dans notre république puisse écrire un livre aussi insipide.